La chapelle de la Commanderie

 

Cornier, petite commune de 1300 habitants seulement, a le privilège d’avoir deux bâtiments de valeur, « inscrits » au titre des monuments historiques, dont la Chapelle de Moussy dite « La Commanderie ». Si c’est un privilège, c’est également une charge pour la Commune qui est propriétaire de la moitié sud, l’autre moitié incluant le magnifique porche nord appartenant à un particulier.

Ce bâtiment se dégrade depuis des décennies et nul besoin d’être expert pour s’en rendre compte. Lorsque la Mairie s’est portée acquéreuse d’une partie du bâtiment en 1995, l’objectif était de protéger ce patrimoine avec, en priorité, la réfection du toit. Malheureusement, aucune démarche n’a pu aboutir parce que le propriétaire privé n’a pas eu la volonté ou les moyens financiers de participer aux travaux pour la partie lui incombant.

 

D’autres solutions alternatives ont été envisagées, notamment de faire « classer » la Commanderie au titre des monuments historiques. Ce classement aurait permis aux propriétaires privés d’accéder à des subventions plus facilement mais aussi d’imposer des contraintes de restauration. Le Ministère de la Culture n’a malheureusement pas accédé à ces requêtes par deux fois déjà.

La Mairie a également essayé en vain, à de multiples reprises, de racheter la partie nord de la Chapelle. De récents contacts ont laissé espérer une intention de vente mais celle-ci n’a jamais pu être concrétisée.

Que faut-il faire ?

Seule, la commune n’a pas les moyens de restaurer ce bâtiment.

Certaines voix au sein du Conseil Municipal proposent maintenant que la commune se désengage et cède la partie sud de la commanderie à un acquéreur de Cornier, membre de la confrérie des templiers, sous réserve qu’il s’engage à la restaurer avec des fonds privés. Cette option suppose qu’il devra également obtenir l’autorisation de l’architecte des bâtiments de France et du propriétaire actuel de la partie nord.

D’autres voix militent pour des travaux limités permettant de transmettre en l’état ce patrimoine aux générations futures qui, espérons-le, trouveront les moyens de réussir.