Un Poilu corniérand enterré à Machelen

La Mairie a été contactée par Mr Patrick Lernout qui vit en Belgique à 10 km d’un cimetière militaire français situé à Machelen. Il précise que “ce cimetière est bien entretenu par le gouvernement français mais oublié par les gens”. A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, il a pris l’initiative de digitaliser toutes les données concernant les soldats qui sont enterrés dans ce cimetière comme il l’avait déjà fait pour un cimetière américain situé à 1 km de chez lui (concernant ce cimetière américain, vous pouvez aller voir le résultat de son travail sur www.flandersfieldbook.be).

Il se trouve qu’un des soldats enterrés dans ce cimetière militaire français est Monsieur Jean Pierre DÉCHAMBOUX dont le nom est inscrit sur le monument aux morts de Cornier.

Il souhaitait obtenir une photo de ce soldat, le nom d’éventuels membres de sa famille, des informations personnelles (du type mariage, enfants...), la photo du monument aux morts avec son nom et des copies d’archives telles que son acte de naissance et son acte de décès.

Notre secrétaire de Mairie a pu lui communiquer les coordonnées de Monsieur Jean DÉCHAMBOUX, petit-fils de ce soldat et lui transmettre, ou faire transmettre, ce qu’il demandait. Ainsi son travail de digitalisation concernant un Poilu corniérand, enterré à Machelen, aura pu être complété.

Nous avons demandé à Mr Lernout de nous tenir informé de la finalisation de son travail sur ce cimetière français. Nous vous en ferons part.

 

 

Qui était notre soldat ?

Monsieur Jean Pierre Déchamboux est né à Cornier le 13 avril 1883. Cultivateur, il a été appelé sous les drapeaux le 4 août 1914 et affecté au 366ème Régiment d’Infanterie - section d'Infirmiers Militaires. Evacué de la zone des armées le 13 novembre 1918 pour cause de maladie contractée en service, il est décédé en Belgique à Iseghem - ambulance 2166 SP 108 - le 20 novembre 1918, soit 9 petits jours après la déclaration de l'armistice. Il a été déclaré Mort pour la France. Son fils, André, né en 1911, n’avait pas 8 ans.

Son petit-fils, Jean Déchamboux (fils d’André) a bien voulu partager avec nous ses archives familiales. Nous l’en remercions chaleureusement.

 

Le soldat Jean Pierre Déchamboux en permission, entouré de sa famille dont le petit André, son fils.

 Pour donner vie à la photo de famille ci-contre, à la droite de notre soldat se trouve son père, à l'arrière, un ouvrier agricole, puis à sa gauche, sa mère, sa sœur Véronique et le petit André.

Pour information, son frère, Claudius, est absent de la photo, car il était alors prisonnier en Allemagne après avoir été blessé dans les Vosges.