Accessibilité aux bâtiments communaux pour les personnes à mobilité réduite

 

 

La loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, prévoit l’accessibilité de tout pour tous. Cette loi donnait 10 ans aux ERP pour être accessible à tous.

Avant le 27 septembre 2015, tous les bâtiments recevant du public devaient être aux normes accessibilité ainsi que les IOP (installations ouvertes au public).

Après cette date, si les bâtiments n’étaient pas encore aux normes, il fallait faire une Ad’Ap (agenda d’accessibilité programmé).

Il est important de préciser que l’accessibilité n’est pas uniquement valable pour le handicap moteur. Il concerne 40% de la population, gênée à des degrés divers : les personnes âgées, obèses, en béquilles, de petite taille ou de grande taille ; les femmes enceintes ou avec des poussettes ; les personnes mal voyantes, aveugles, sourdes, déficientes auditives, déficientes intellectuelles…

Un diagnostic a été réalisé par un bureau d’études dans le cadre de la compétence accessibilité de la CCPR. Il y a eu deux études : une sur les bâtiments et une sur la voirie.

Pour la voirie, il n’y a pas de date limite pour effectuer les aménagements.

La commission bâtiments communaux a  ensuite fait un état des lieux de la situation vis-à-vis de la mise aux normes en visitant tous les bâtiments.

Réalisation en 2016 :

L’école : une main courante a été posée à l’entrée du bâtiment accueillant la garderie périscolaire et deux marches (la première et la dernière) sont repérées par un effet de contraste sur le retour de marche par une bande réfléchissante.

Le vestiaire du foot : création de deux places PMR ainsi que l’accès goudronné depuis ces places jusqu’aux entrées du bâtiment et un éclairage facilitant cet accès.