Mairie de Cornier

Projet Voies Vertes

La mobilité douce

Dans les précédentes brèves corniérandes, il a été évoqué à plusieurs reprises la volonté de réhabiliter plusieurs chemins ruraux pour permettre de rallier à pied ou à vélo le centre village aux hameaux de Moussy, de la Fornasse, du Riret et de La Madeleine.

A la faveur de la mise en place du nouveau PLU et des réflexions qu’il engendre, une volonté s‘est progressivement développée parmi les élus d’intégrer un réseau de « mobilité douce » en complément du maillage routier de notre commune.

Objectifs et ambitions pour une mobilité douce à Cornier

S’il s’agit d’un déplacement ou d’une envie de promenade, les besoins en terme d’infrastructure ne sont pas les mêmes. Pour une promenade dominicale, les chemins ruraux en terre ou empierrés tels que nous les connaissons sont suffisants. Il s’agit alors au niveau communal de s’assurer que ces chemins restent bien répertoriés au niveau du cadastre et du PLU et qu’ils permettent une continuité de cheminement en évitant la tentation de « privatisation » de certains chemins publics par des propriétaires voisins.

Lorsqu’on parle de mobilité douce à vocation de déplacement pour la population locale et le tourisme, un panel de solutions d’infrastructure est à disposition, suivant le moyen de locomotion envisagé. Il peut s’agir d’une simple bande en bord de route marquée à la peinture tel qu’on peut le voir sur la RD2 entre la Roche et Reignier jusqu’à une « voie verte » c’est à dire un aménagement en site propre réservé à la circulation non motorisée destinée aux piétons, aux cyclistes, aux rollers, aux trottinettes, aux personnes à mobilité réduite et aux cavaliers….

Il est clair que le niveau de sécurité pour le piéton ou le cycliste qui est mis en place vis-à-vis des dangers environnants (principalement du trafic routier) est un pre-requis essentiel pour le développement des déplacements en mobilité douce. Si l’ambition affichée est de permettre à nos enfants d’aller à l’école à pied ou en vélo, alors il faut être ambitieux et ne pas se satisfaire d’une bande de peinture sur la route.

Le coût est évidemment une composante importante de la réalisation du projet mais, comme tout investissement d’envergure, il s’agit d’un choix de priorité des élus, qui doit d’abord être planifié au niveau d’un schéma directeur d’intention puis implémenté progressivement au gré des ressources de la commune et des subventions.

Voie cyclable en gravier stabilisé
Exemple de voie verte bitumée pour vélos et piétons
Exemple de partage entre les différents usagers de la route qui assure la sécurisation des vélos et des piétons grâce à une voie dédiée

Concrètement, quelles liaisons cyclables sont envisagées ?

Un schéma directeur cyclable a été défini au niveau de la CCPR dans lequel les besoins de Cornier ont été transposés.  Il a été, notamment, confirmé que les efforts devaient être portés sur les axes de liaison suivants :

  • Trajet des hameaux vers les écoles et le centre village : Moussy, la Fornasse et la Madeleine,
  • Trajet vers les gares de La Roche sur Foron et de Reignier pour rejoindre, notamment le Leman Express,
  • Trajet vers les collèges et lycée de la Roche.
 

Ces liaisons vont bien au-delà des limites de Cornier et fort avantageusement le schéma directeur du Grand Genève inclut deux itinéraires à proximité de Cornier sur lesquels il est prévu de se connecter :

  •  « Annemasse / La Roche / Bonneville » parallèle à la RD 2 qui permettra la liaison avec les gares de La Roche et Reignier
  • « Véloroute voie verte du Léman/Mont-blanc » qui passe à Chevilly sur la commune d’Arenthon.
Schéma cyclable du pays rochois sur la commune de Cornier et types aménagements proposés

La première étape de mise en place de ce schéma directeur consiste à réaliser les acquisitions foncières nécessaires qui viendront compléter le tracé des chemins ruraux existants servant de base aux futures voies vertes.

Tracé du chemin de la Vignettaz: du Chef-lieu à Moussy

La voie verte qui reliera Moussy au centre village est la voie dont le projet est le plus avancé. Les propriétaires fonciers concernés par le futur tracé ont bien accueilli le projet et un accord a été  facilement atteint.

Un géomètre a été mandaté pour formaliser le tracé et l’enquête publique a confirmé l’intérêt collectif du projet durant à l’été 2021. Les actes de vente sont en passe d’être signés à fin 2021. 

L’année 2022 verra se concrétiser les choix des aménagements,  le dépôt des dossiers de subvention et les premiers travaux pour une mise en service du premier tronçon espérée début 2023. 

Partager l'article

FERMETURE EXCEPTIONNELLE

L’ agence Postale de Cornier sera fermée ce mardi 28 juin

Logo Cornier